RECIDIVE

Quand tu seras aimé tu ne voudras et quand tu voudras être aimé tu ne seras.

 

L’importance des choses est relative :

Quand tes objectifs sont relatifs à une personne et que cette personne n’a relativement pas la même importance des choses que toi, changes d’objectifs !

 

Depuis que je me suis affairée à combler ce besoin en moi d’être aimée, je n’ai fait qu’accumuler des échecs.

Pour être claire, je ne lâche pas l’affaire. Aujourd’hui, je me lance dans la meilleure des quêtes…la quête de moi-même.

Car la seule personne au monde en qui je peux compter et qui ne me décevra jamais…c’est bien moi.

Je suis la reine de mon propre monde et dans mon monde l’amour est roi!

 

Je suis ce que je suis…Dieu m’a faite et me veut ainsi…Je suis fière de comment Dieu m’a faite et me veut…J’emmerde le monde, surtout ceux qui me veulent autre que ce que Dieu a voulu que je sois.

 

Tu ne peux aller contre la volonté de Dieu…Essaie de faire au mieux et non le meilleur…Le Meilleur est Dieu et Le Meilleur Il restera.

 

God is Great…God is Love! 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

ALLO, LA TERRE?

Il y a des jours, où on se laisse bercer par l’idée d’un monde de bonheur et de paix où tous les rêves deviennent réalité. Un monde où l’impossible est bannît et où l’amour est chéri.

Et il y surtout les autres jours, où le réveil semble si dur. Quand les circonstances conspirent à vous faire entendre la vérité et à vous faire redescendre, ici bas, sur terre.

Ce qui inexplicable c’est surtout le fait qu’il soit si facile pour nous de nous laisser transporter par notre imagination et nos envies les plus intenses que d’accepter de faire partie intégrale de  la vraie réalité ou par la vérité réelle qui nous est pourtant propre et qui est inéluctablement nôtre.

Comme les jours où le téléphone sonne vous faisant sursauter du lit où savouriez vos rêves devenir encore plus accessibles que vous n’auriez jamais pu oser espérer…

o       « Allo ! »

·         « Allo, ici la terre. J’appelle pour vous souhaiter la Bienvenue dans le monde réel ! Bienvenue dans l’ère de la bombe atomique, de l’énergie nucléaire, du tsunami, du réchauffement climatique, de la corruption, des kamikazes, du piratage informatique, des paradis fiscaux, des lobbies, des détournements de fonds, des publicités mensongères, des messages subliminaux et des OGM. Bienvenue dans le monde régit par l’homme : où les règles sont faites pour être transgresser, où les lois sont adoptées pour être bafouées, où l’homme n’a aucune dignité. Bienvenue dans le monde où l’intérêt est individuel et où les suicides sont collectifs. Bienvenue là où vous serez étranger chez vous et où vous vous sentirez seul au milieu de vos semblables. Je vous souhaite un bon séjour parmi les vôtres. »  

Des jours comme ça, vous n’avez qu’une seule chose à dire…

o       « Désolé, c’est un faux numéro ! » 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

BILAN

Quel est le pire ? Que tout ce pour quoi on a vécu tout une vie ne vaut pas le coup ou qu’on se rende compte que tout ce pour quoi on s’est battu n’était que mensonge. Le pire c’est de vivre dans le mensonge et de voir les gens qu’on aime nous fuir et nous éviter par tous les moyens possibles et imaginables.

Quel est le pire ? Tout avoir mais personne avec qui partager le tout ou ne rien avoir à partager du tout. Le pire est de tout avoir et de ne rien pouvoir apprécier alors qu’on peut être heureux quand on peut partager avec joie le peu qu’on ait.

Quel est le pire ? Oublier ce qui fait mal ou essayer tant bien que mal de changer les choses qui font mal. Le pire est de ne pas accepter les choses telles qu’elles sont et de ne pas pouvoir passer à autre chose.

La vie peut parfois nous réserver des coups durs. Souvent on se retrouve dans des situations très délicates d’où on n’arrive plus à sortir. Des situations qu’on évoquait de manière ironique car ça n’arrive qu’aux autres. Alors quand ça nous arrive, on se sent complètement dépassé par les évènements et on redoute de paraître pathétique aux yeux des autres. Dans ce genre de cas, on est forcé de souffrir en silence car quand on en parle, la vérité que nous essayions fuir nous rattrape à pas de course.

Laisser courir, ne pas se prendre la tête, s’en foutre, vivre au jour le jour, ne pas compter sur les autres, ne pas donner d’importance aux choses qui n’en ont pas sans pour autant savoir quelles sont celles qui en ont car l’importance données aux choses est relative à l’individu, rien a fiche, sang froid, ignorer, oublier, pardonner, sacrifier, laisser tomber…aucune importance.

On se retrouve déçus par les choses qui nous paraissaient les plus importantes. Qui est important, qui ne l’est pas ?

Les choses et les gens n’ont jamais eu et n’auront jamais assez d’importance pour créer le bonheur. Le bonheur est à l’intérieur de chacun de nous, peut être.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

dscf0533.jpg

dscf0534.jpg

dscf0536.jpg

dscf0538.jpg

dscf0549.jpg

dscf0536.jpg

dscf0538.jpg

dscf0549.jpg

dscf05581.jpg

dscf0565.jpg

 

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

A TATON

On est confiné dans une vie qui nous colle à la peau. Choix ou destinée, tout est lié. Parce que finalement, on naît sans avoir vraiment eu le choix mais en même temps, on est destiné à vivre la vie dont on a fait nous-mêmes le choix. On passe sa vie à s’interroger. Ai-je fais le bon choix ? Et plus on réfléchit aux choix qu’on a fait, plus on réalise qu’on n’avait pas vraiment le choix puisqu’on est destiné à faire tel ou tel choix. 

Difficile de retrouver son chemin dans la pénombre. Chaque pas qu’on fait remplit notre être de doutes et de frustrations. Le train de la vie nous rattrape. Soit on se débrouille pour le prendre à temps, soit il nous aplatît comme une merde sur des rails rouillées. 

On vit, on fait les choses de la vie 

Juste pour que le temps nous semble moins long, Juste pour que les jours nous semblent plus bons. 

Mais on fond, on sait. On sait que l’on ne sait rien. 

On sait que l’on n’est rien. On sait que tout est éphémère 

Et qu’on n’est fait que de poussière Qu’une simple brise dissipe dans l’air. 

La vie est trop complexe pour qu’on essaie de la comprendre. A chaque fois qu’on croit avoir trouvé une échappatoire, une raison d’y croire, on réalise que tout n’est qu’illusion. On est piégé par notre propre vision des choses. La vie est une oasis. Plus on avance vers elle, plus elle s’éloigne de nous. Et on continue d’avancer en vain vers une destination interminable et indéterminable…à tâton. 

Publié dans Non classé | 5 Commentaires »

GETTING REVENGE

You can easily lose control

When something deserves getting revenge

I knew that day would come

 

Everything seems dark for me

You made me plan and think

Day and night, I felt weak

But tonight I decide you make me strong

Like I never been before

 

You don’t even think about me

You don’t even now what you’re doing

You don’t want to see and you’ll never see

All the beauty in me

 

You used to lose me,

Instead of that I chose to give you another chance

I’ve already been betrayed, once

But never again

I know I’ll recover, 

Because now I’m the stronger

I used to love you

And now you succeed in making me

Your worst enemy

 

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

AU FUR ET A MESURE…

Au fur et à mesure que la vie avance, que le temps s’écoule et que les événements se succèdent, le passé parvient à se dissiper de plus en plus. 

Les expériences s’accumulent pourtant l’erreur demeure humaine. 

Que doit-on penser de notre existence ? A-t-elle un but bien précis ? Nos rêves sont-ils bien justifiés ? Leur réalisation nous mènera-t-elle vers le bonheur ? 

Entre l’actuel et le dépassé, très dur est de s’y retrouver. La mémoire humaine est sélective. Inconsciemment, intentionnellement ? Peu de gens adhèrent à la vie sans laisser y des plumes, mais beaucoup d’entre nous y adhèrent tout court. Le plus dur est le dernier cas. Rien de plus désolant pour moi qu’une vie gâchée, parmi tant d’autres,  à cause d’une anarchie mal en point et d’une peur de rejet provoqué par la différence. Des centaines d’années d’évolution déformées par la répercution du complexe d’infériorité. 

Ma vie doit-elle vraiment être comprise dans un intervalle qui va de ma naissance à ma mort en passant par mes études puis par mon potentiel travail sans oublier le mariage et les enfants ? Serai-ce donc pour ça que les gens vivent à tue-tête ? La nature humaine serai-t-elle si peu exigeante ? 

En tout cas pas la mienne. L’absolue nécessité pour moi est de vivre pour  respirer les plaisirs de la vie et contempler de loin les hardiesses et péripéties crées par l’homme pour l’homme. Me faire un monde tout à mon ivresse et à ma sobriété, me saouler de mille et une extases, m’enivrer du parfum aphrodisiaque de la vie et ouvrir mon âme à la beauté des crépuscules et à l’intensité des étoiles. Traverser les mers et océans en n’ayant comme provisions que mon envie de voir, de ressentir et mon insouciance du lendemain. Vivre mon rêve, pour moi, ne veut pas dire vivre dans un rêve. Je rêve et je vis mon rêve, et je vis pour vivre mon rêve ; sans rêves je ne puis vivre ni rêver.   

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

SABLE MOUVANT

Nous avons tous, chacun autant que nous sommes, des complexes. Chacun détient en lui-même des millions de questions auxquelles il essaiera de répondre tant bien que mal, tout au long de sa vie. Il parviendra à en résoudre certaines certes, mais le reste se transformera, lentement mais surement, en complexes psychiques existentiels, sociaux et affectifs. 

Chacun essaie de survivre, certains arrivent à se convaincre, avec tout l’égoïsme, l’égocentrisme et le narcissisme que cela implique, de prendre soin de leur physique et de leur mental. Ainsi une catégorie arrive à trouver le moyen d’échapper –non pas aux complexes- mais à l’idée d’y penser ou plutôt de s’engouffrer dans une histoire sans fin. Une histoire qui torture les êtres de toutes parts depuis l’aube de l’existence. L’homme a été crée avec une âme prédisposée à tomber dans l’erreur. Il n’empêche que l’erreur suscite, chez tout être normalement conçu, des regrets. Des regrets qui prennent parfois des ampleurs tellement énormes que cela devient un vrai défi de trouver la paix intérieur. 

La paix. L’amour. Ce à quoi toute âme aspire. De bien grands mots.

Rares sont les gens qui, de nos jours, estiment réellement le sens de ces mots. L’amour est devenu synonyme d’intérêt. Les gens ont la fâcheuse tendance de faire du mal autour d’eux pour se sentir mieux, se sentir vivant. Comme si on ne se rendait vraiment compte du bonheur qu’après avoir vu, vécu ou avoir faire vivre des moments malheureux à autrui. On croit qu’on peut vivre à se nourrir d’illusions. On rêve, on ment et on finit par vivre dans un monde crée par soi, un monde imaginaire. On essaie de se reconstruire, de changer les conséquences d’une éducation mal considérée. On essaie de se refaire, de changer ses sentiments, ses propres réactions. On est insatisfait et on cherche à changer même si le changement engendre parfois la fatalité. Et par fatalité je ne veux pas dire mort. C’est, au contraire, une vie sans but, sans efforts, sans réalité. Une vie qui passe sans suite et sans intérêt. Une vie qu’on passe à se détester et à regretter ses actes. Personne n’est pas parfait mais quand on est perfectionniste, on est forcé de vivre dans l’imperfection. Comment peut-on éprouver du plaisir à faire ce qu’on fait? Comment arrive-t-on à prendre son destin en main et à se détacher de tout sentiment et de toute appartenance sinon celle de l’humanité, l’humilité et l’intégrité? On passe des années à essayer de combler des vides que l’on ressent à l’intérieur. Des vides dont on ne connait pas les causes. Alors on se met à en chercher. Quand on en trouve quelques unes, on se rend compte que cela ne nous aide pas dans notre quête de sagesse, cela nous fait juste comprendre qu’à chaque fois qu’on tombe dans l’erreur et que l’on réalise son erreur, on est emplit de regrets. Et quand on en assez de se morfondre dans des idées noires, on se met à chercher des causes pour, en fin de compte, se blanchir de toute responsabilité, même si cela s’agit de nos propres actes et choix.

Je trouve qu’arriver à ce genre de conclusion prouve qu’il n’est pas donné à tous d’apprécier les choses telles qu’elles viennent à nous. Et là une nouvelle question surgit dans mon esprit : comment apprécier les choses si elles ne correspondent pas à l’idée qu’on s’en faisait au départ ?  On est triste à être seul et pourtant on passe sa vie à fuir les autres ou quand enfin on trouve la personne avec qui on veut vraiment être, on se débrouille inconsciemment pour la faire fuir. C’est une contradiction flagrante er absurde dont laquelle on se retrouve piégé. Ceci dit, rien ne sert de résister, car plus on se débat plus on s’enfonce. 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

dscf05241.jpg

dscf05281.jpg

imga01841.jpg

imga02091.jpg

imga02241.jpg

imga02341.jpg

imga02401.jpg

imga02521.jpg

imga02681.jpg

imga02751.jpg

imga02781.jpg

imga02831.jpg

imga02861.jpg

imga0287.jpg

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »


Mon cours de français |
essai09 |
Un amour de "Pékinoise" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal-de-lulubie
| Mes passions de ptit dragon
| illusion3darchitecture